lundi 16 juillet 2018

Voyage à Amsterdam

C'était ma deuxième fois à Amsterdam et j'en ressors avec les mêmes impressions que la dernière fois. C'est une ville magnifique à visiter pendant quelques jours. J'y suis allée au mois d'avril donc il n'y avait pas trop de monde. Je pense que le printemps est une des meilleures périodes pour visiter des capitales. Ce sont souvent des visites assez courtes de deux ou trois jours, il faut donc pouvoir en profiter complètement. Pour avoir les meilleures conditions il ne faut pas qu'il y ai trop de monde et il faut aussi espérer une météo assez clémente sans pluie et pas trop froide. 
Amsterdam est une ville très mignonne avec une architecture typique qui va forcément vous faire voyager et vous dépayser. C'est la "petite venise" et elle porte très bien son nom. Il est presque impossible de faire plus de 500 mètres sans traverser un pont rempli d'au moins une cinquantaine de vélo en tout genre. C'est quelque chose qui m'étonne encore mais presque aucun des vélos n'a de cadenas, peu importe le nombre de vélos chaque personne retrouve son vélo.

Voir les rues d'Amsterdam c'est quelque chose, mais voir Amsterdam des canaux c'est quelque chose d'autres. La visite en bateaux est quelque chose à faire, car on a un point de vu différent. On voit des choses qu'on aurait pas vue autrement. Voici un site qui vous donne plein de tour possible : ici


Voici quelques endroits à visiter à Amsterdam : 

Le Bloemenmarkt est une rue remplie de marchands de fleurs en tout genre. C'est un lieu incontournable dans le pays des tulipes. Vous allez forcément être ébloui par les différentes couleurs.


Le Parc Vondelpark est un des plus grands parcs de la ville. On peut s'y balader tranquillement à pied, louer des vélos où aller faire son footing pour les plus courageux. 

Le Heineken experience est un musée de la bière. On peut y découvrir la fabrication de la bière de manière intéressante et ludique.

Il y a peu de lieux car Amsterdam est une ville où on flâne dans les rues en admirant les lieux. Il ne faut pas non plus se limiter à Amsterdam, il faut aller voir dans la campagne et en moins de 50 kilomètres vous pouvez déjà voir une énorme différence. Les routes le long de la mer offrent un paysage rempli de petits villages, de champs et de prairies. 




Le parc Keukenhof se visite du 21 mars au 19 mai 2019 et il est magnifique ! 


Les restaurants sont très variés à Amsterdam vous trouverez forcément quelque chose qui vous plait. Il y a des restaurants chers ou pas, des petits snacks ou bar où on peut manger rapidement ou prendre à emporter. 


Le Norling Restaurant un petit restaurant Tibétain que j'ai trouvé délicieux. Il y a plusieurs choix de plats avec différentes viandes et surtout des repas végétariens. Si vous voulez un petit conseil prenez des nouilles et une glace en dessert. On a testé presque tous les plats et cela sont en haut du classement.

Info pratique : 
Adresse : Reguliersdwarsstraat 23, 1017BJ, Amsterdam
Téléphone : +31614345433

Le Bistrot des Alpes est un restaurant tenu par des français. Le dépaysement n'est pas là à part si vous voulez vous sentir à la montagne.
Info pratique : 
Adresse : Utrechtsedwarsstraat 141, 1017 WE Amsterdam, Pays-Bas

Le Trattoria That's Amore est un petit restaurant italien snack où vous pouvez manger des salades, des paninis et d'autres petits plats.
Info pratique : 
Adresse : Vijzelgracht 17, 1017 HM Amsterdam, Pays-Bas


Le Smit-Bokkum à Volendam est un petit restaurant au bord de la mer où vous ne trouverez que du poisson. Le restaurant a son propre fumoir. L'ambiance est vraiment super sympa et la nourriture très bonne.

Info pratique : 
Adresse : Slobbeland 19, 1131 AA Volendam, Pays-Bas
Téléphone : 0299 363373

J'espère que cet article vous a donné envie de partir à Amsterdam.

dimanche 15 juillet 2018

Eclore : Puisque c'est ma rose, tome 1 de Jade Rider

Auteure : Jade Rider 


Editions : MxMBookmark
Collection infinity
Pages : 320 pages
Prix : 5,99€ (e-book), 17€ (broché)
Note : 3/5




Lectrice acharnée, boxeuse à ses heures perdues et lycéenne à peine studieuse... Abélia se sent en décalage avec les jeunes de son âge.

Heureusement pour elle, sa nature discrète lui permet de rester à l'écart de l'agitation de ses camarades. Et surtout, loin des problèmes.

Le jour où M. Valverde, son nouveau professeur de littérature, arrive au lycée, Abby est certaine qu'entre eux le courant ne passera pas.
Mais au contraire, cette rencontre l'électrise et le contrôle qu'elle exerce tant bien que mal sur ses émotions vole bientôt en éclats. Conscients que le lien qui se tisse entre eux est interdit, tous deux vont s'efforcer de garder leurs distances. Mais pourront-ils lutter longtemps contre leurs sentiments ?


Je remercie les éditions MxMBookmark de m'avoir permise de lire ce livre via Netgalley
J'ai longtemps hésité avant de commencer ce livre. La romance entre un professeur et une élève est un sujet qui pouvait être bien comme très mal traité. Eclore m'a surprise, car le sujet est très bien abordé. C'est un roman très réaliste qui montre la réalité par rapport à un amour aussi compliqué parce qu'il est tabou dans la société. Le thème est abordé avec beaucoup de subtilité et surtout de sincérité. L'histoire a un rythme lent qui va parfaitement avec l'histoire. Les protagonistes passent par le doute, les remises en question, la peur, la colère...
Les protagonistes et les personnages du roman en général sont tous très bien développés. Abélia est une jeune fille particulière. Elle est pleine de subtilité qu'elle fait tout pour cacher. Elle est attachante, altruiste et toujours en train d'essayer de comprendre les autres. C'est une personne extrêmement aimante qui cache pourtant une part sombre au fond d'elle. C'est un côté d'elle qui reste très mystérieux et sur lequel on a peu d'information. 
Monsieur Valverde ou Arthur est une personne assez renfermée. C'est un personnage qui va énormément changer d'humeur à cause de la situation mais aussi des secrets qu'ils cachent. 
Ce roman n'est pas seulement un livre d'amour il aborde aussi d'autres thèmes très importants et intéressants. Il y a le thème des amours d'adolescent, de la drogue, des parents homoparentales, de l'amitié, de la mort et de pleins d'autres choses encore. 
Ma chronique est globalement très positive et c'est pour ça que je mets ce paragraphe à la fin pour expliquer ma note moyenne. J'ai beau avoir aimé beaucoup de choses dans ce roman quelque chose m'a gênée durant ma lecture. Je ne serai même pas dire ce qui ne m'a pas plu, mais je n'ai pas réussi à rentrer complètement dans l'histoire. 

mercredi 11 juillet 2018

Interview et Tag: ceci ou cela ? de Sassa

Page auteur amazon

1 Présentez-vous en tant qu’auteure.
L’auteur(e) avant l’homme (ou la femme), cette façon d’aborder le sujet me convient. Pourquoi les écrivains devraient-ils faire étalage de leur vie privée, de leurs opinions et combats ? Le public préfère-t-il vraiment les actifs forts en gueule aux simples conteurs ? « Voici » plutôt que « Le masque et la plume ». Me voilà fort marri, moi qui pense que rien de ce que je suis ne doit perturber mes lecteurs. À quoi bon mettre un visage et une histoire sur un inventeur de rêves. Lecteurs, laissez-vous emporter par mes récits, profitez de ces moments de détente sans prise de tête que je souhaite vous offrir et immergez-vous dans mon univers d’actions, de charme et d’humour sans accorder d'attention à la main qui tient la plume.
2 Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire ? Depuis quand écrivez-vous ?
Le moteur ? Une histoire créée pour amuser des amis, une histoire complexe et compliquée à monter… une histoire dont des circonstances externes les ont empêchés de jouir. Un travail tout à coup orphelin. Une somme de rêves qui allait se perdre à jamais. Alors, par inconscience, et sans doute aussi un peu par orgueil, j’ai décidé de la publier pour en faire profiter le plus grand nombre. C’était en 2013 et depuis je continue.
3 Quel est votre dernier roman coup de coeur ?
J’ai beaucoup de difficultés à évoquer des romans « coup de cœur ». Je suis un mauvais lecteur qui abandonne beaucoup de livres en cours de route et qui a du mal à encenser ceux qu’il lit jusqu’au bout. Résultat, je vous propose un bouquin qui remonte déjà à quelque temps « Féroces infirmes retour des pays chauds » de Tom Robbins. Un OVNI littéraire, dont la première phrase donne le ton « Le perroquet nu ressemblait à un fœtus humain greffé sur un poulet casher »


4 Y a-t-il des livres qui ont inspiré vos romans ?
Surement, mais ma principale source d’inspiration se trouve dans les films de 007 version Sean Connery ou Daniel Craig. Un charme presque désuet non dénué d’une certaine dose de violence et à l’humour british finement distillé.


5 Travaillez-vous sur un nouveau roman si cela n’est pas trop indiscret ?
J’ai beaucoup de choses sur le feu, trop peut-être pour être aussi productif que j’aimerais. J’ai initié plusieurs aventures toujours dans mon univers de polars d’espionnage. Je teste des pistes. Je lance des écritures. J’attends de voir quel récit va s’imposer au sein de tout ça. Je souhaiterais que le héros de mon prochain livre soit une héroïne, mais le challenge n’est pas évident.
6 Que ressentez-vous avant la sortie d’un de vos romans ?
Du plaisir et un besoin de remotivation. Le plaisir d’être venu à bout de la très longue et très pénible phase de relecture. Reste-t-il des fautes de français ? Des incohérences ? Puis-je encore améliorer ce personnage ? Cette description ? Il existe une vraie difficulté à lever le crayon, mais quel plaisir une fois que la décision a été actée. Ensuite il faut rapidement mobiliser toute son énergie pour l’activité de promotion, activité indispensable à tout auteur autoédité. On est seul face à son lancement et on doit tout faire pour qu’il se passe bien. Tout cela ne laisse que les quelques heures de la dernière nuit avant la sortie du livre pour être pris par un peu de stress, et c’est sans doute mieux ainsi.
7 Avez-vous une habitude d’écriture ?
Je n’en ai aucune. Une erreur vous diront tous les coachs en écriture (ces tristes vendeurs de pioches de l’autoédition qui exploitent le filon des auteurs un peu déboussolés), mais c’est comme cela. Il m’arrive de rester plusieurs jours sans croiser un clavier, plusieurs semaines… et puis de m’embarquer dans une phase explosive. Je ne suis ni un stakhanoviste ni un addict à l’écriture.


Que représente l’écriture pour vous ?
Le plaisir de produire ce que je ne trouve pas par ailleurs. J’écris ce que j’aimerais pouvoir lire. En fait si je pouvais lire mes histoires, je n’aurais aucun besoin d'en écrire, n’étant en rien un littéraire !


9 Appréhendez-vous les retours sur vos romans ? 
La pire chose qui puisse arriver à un auteur, c’est de ne pas avoir de retour sur ses romans. Voilà ce que j’appréhende le plus.


Questions du tag 

1 Lire sur un canapé ou dans un lit ? 
Sérieux, ça vous intéresse ? Allez, mais juste parce que c'est vous. Je redécouvre le plaisir de bouquiner sur un canapé après avoir beaucoup lu dans un lit et dans un autre endroit où vous ne pouvez pas venir avec moi… enfin à priori.
2 Protagoniste féminin ou masculin ? 
Masculin jusqu’à présent, mais c’est dû au style de mes romans, les 007like sont des histoires volontairement un peu macho (ce qui me vaut des remarques narquoises de mes plus fidèles lectrices sur le côté malgré tout « tendre et attachant » de mes héros). Mais promis, il y aura bientôt une héroïne (la principale difficulté restant de ne pas en faire une « Xéna la guerrière »).
3 Thé ou café en lisant ? 
Disons plutôt « thé ou café en écrivant ». Même si les auteurs de mon genre de littérature carburent habituellement au whisky, je dois bien avouer que le thé me permet de garder une meilleure aptitude à guider mes doigts sur le clavier.
4 Série ou one-shot ? 
One-shot inclus dans l’univers d’une série, mais sans héros récurent
5 Point de vue à la première ou à la troisième personne ? 
J’ai choisi que mon lecteur ne voie que ce que voit, et donc connait, mon héros, de fait la première personne s’impose naturellement
6 Lire le matin ou le soir ? 
Quand vous voulez, je ne vous impose rien. Vous prendrez, j’espère, autant de plaisir, de dépaysement et de détente à les lire dans les transports en commun que dans votre lit… comment je n’ai pas compris la question… mais si, pour qui me prenez-vous.
7 Librairies ou bibliothèques ?  
Ni l’une ni l’autre, je préfère trainer sur mon écran ou me fier aux journaux et radios. Désolé pour les libraires, mais malheureusement aujourd’hui la plupart d’entre eux ne nous proposent plus que les bestsellers que leur impose leur circuit de distribution. Alors je trouve plus de liberté de choix sur les sites en ligne, dont le plus grand d’entre eux… qui publie aussi mes livres (comme par hasard).
8 Lecture avec ou sans musique ? 
Peu importe, cela ne gêne pas ma concentration (Sauf en cas de chanson française).
9 Livre papier ou ebook ? 

Je préfère lire « guerre et paix » ou « game of thrones » sur une liseuse, mon poignet n’est plus à mon grand regret ce qu’il fut… sinon je ne fais aucune différence. D’autant que mes écrits sont publiés sur les deux supports.

dimanche 8 juillet 2018

The Ivy Years, tome 5 : L'heure de gloire de Sarina Bowen

Auteure : Sarina Bowen
Site:ici
Twitter : ici 
Instagram : ici

Traductrice : Laure Valentin
Site : ici
Twitter : ici
Editions : Auto-édition
Pages : 358 pages
Prix : 3,99€ (e-book), 12,99€ (broché)
Note : 4,5/5



Lianne Challice, en première année à l’Université de Harkness, est connue par des millions de fans comme la Princesse Vindi. Mais il arrive parfois qu’une sorcière du grand écran ait simplement envie de raccrocher sa baguette, d’envoyer balader son impresario et de devenir une étudiante comme les autres. Dommage que les choses ne soient pas aussi simples. Sa vie n’a jamais été normale. Elle n’est plus retournée à l’école depuis la maternelle. Et la moindre relation est bien trop risquée pour elle – le dernier garçon qu’elle a embrassé a vendu leur histoire à un tabloïd anglais. Pourtant, elle ne peut résister à l’envie de se rapprocher de Daniel Trevi, surnommé DJ, le garçon aussi beau que ténébreux qui accomplit des merveilles aux platines de la patinoire pendant les matchs de hockey. Quelque chose dans ses yeux noirs l’ensorcelle, et elle est déterminée à en savoir plus. DJ est un génie pour exprimer l’humeur d’une foule par des extraits musicaux de dix secondes. Il lui suffit d’un clic et d’un enchaînement pour transmettre espoir, frisson et exaltation à six mille supporters en délire. Malheureusement, son cursus universitaire s’apprête à connaître la même interruption brutale que l’une de ses chansons. Il ne peut pas se rapprocher de Lianne, et il ne peut pas lui expliquer pourquoi. Quant au fait qu’elle semble s’intéresser à lui ? À peine croyable…



Je remercie Laure Valentin de m'avoir permise de lire ce livre.
J'ai mis quelques semaines à lire ce livre après l'avoir reçu alors que je voulais le dévorer dès l'heure d'après. Ce tome est le dernier de la série The Ivy Years et j'ai tellement aimé les précédents tomes que j'avais peur d'être déçue. Chaque tome a une place spécial dans mon coeur de lectrice et L'heure de gloire a su trouver sa place. 
La plume de Sarina Bowen a encore su me charmer durant toutes les pages. Elle arrive à faire passer chaque chapitre très rapidement. C'est comme écouter une musique chaque ligne s'enchaîne aussi bien que des notes. Elle trouve les mots justes qui arrivent à rendre l'histoire réelle. Il y a très rarement des scènes qui semblent irréalisables dans la vie réelle. J'arrive donc à chaque fois à réellement me mettre dans l'histoire et à y croire. 
J'attendais beaucoup des personnages de ce tome, surtout de Lianne qui m'avait énormément intrigué dans le tome 4. Le personnage de DJ était resté plus discret dans cette série où en tout cas je ne m'en rappelais presque pas. Ils ont chacun un caractère assez réservé et ils réfléchissent tous les deux beaucoup à leur action. Leurs vies personnelles sont compliquées pour des raisons très différentes. La complicité qui les unit se crée très trop dans l'histoire et je n'ai pu m'empêcher d'adorer cette relation amoureuse naissante. Ils ont beaucoup d'humour et cette ambiance est très présente. Ils ont énormément de points en commun et ils veulent tout le temps prendre soin l'un de l'autre. Ils ont toujours des petites attentions pour soutenir l'autre personne, pour rappeler qu'il est là si besoin dans tous les moments compliqués. 
Ce sont tous ces détails entre l'histoire, les personnages et la plume de Sarina Bowen qui m'ont fait aimer ce tome et toute cette série en général.


Ce dernier tome est encore une fois une très bonne lecture. J'ai hâte de retrouver la plume de Sarina Bowen dans un autre roman

samedi 7 juillet 2018

Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless

Auteur : Ryan Loveless


Éditions : MxMbookmark
Pages : 300 pages
Prix : 5,99€ (e-book), 16€ (broché)
Note : 4/5




À vingt-quatre ans, Carter Stevenson est atteint de timidité maladive, due à son bégaiement et ses tics. Sans l’aval d'amis qui lui reprochent de laisser sa maladie de Tourette dicter sa vie, Carter déménage de Los Angeles et rejoint une petite ville tranquille de Californie où il compte faire profil bas et éviter les gens. Il n’avait pas prévu que son nouveau voisin, Ethan Hart, s’immiscerait dans sa bulle de solitude et le forcerait à sortir de chez lui pour vivre sa vie. Depuis le début, Ethan s’est montré clair au sujet de ses sentiments pour Carter. Mais il redoute que ce dernier ne soit pas en mesure de voir au-delà de son cerveau endommagé, même si cela fait de lui quelqu’un de bien plus en accord avec ses émotions que la plupart des gens. Le problème pour Carter ne vient pas de là : il s’est déjà brûlé les ailes aux côtés de ‘parfaits’ petits amis et ne veut pas risquer de se faire briser le cœur une fois de plus. 
D’une manière ou d’une autre, Ethan est déterminé à montrer à Carter qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Du moins, jusqu’à ce qu’il reçoive de tragiques nouvelles, qui l’obligent alors à se tourner vers lui pour puiser force et soutien. Carter sera-t-il en mesure d’épauler Ethan dans la tourmente ?


Je remercie les éditions MxM Bookmark de m'avoir permise de lire ce livre via Netgalley.
J'ai commencé ce livre en pensant lire une romance un peu spéciale et touchante. Ce roman à largement dépassé mes attentes. Dès les premières pages je me suis rendu compte que ce livre allait être très particulier. 
La plume de Ryan Loveless est la première chose qui m'a surprise dans le bon sens. L'auteur passe du point de vue d'Ethan à celui de Carter sans réelle coupure. D'une phrase à l'autre on change de personnage et de caractère sans vraiment faire attention. Grâce à ça l'histoire est vraiment fluide et les scènes s’enchaînent très rapidement. On suit l'intrigue vue par deux personnes très différentes et une dynamique spéciale se met en place. 
On découvre des facettes des personnages jusque dans les derniers chapitres d'Ethan qui aimait Carter. Si je devais résumer les deux protagonistes avec des adjectifs je dirais tolérants, naïfs, passionnés et touchants. 
La tolérance et l'amour sont les deux sujets les plus importants dans l'histoire. Les caractéristiques spéciaux de ces deux personnages montrent à quel point il est important de faire attention aux autres. Il ne faut pas s'arrêter à la première impression et apprendre à connaître plus en détail les personnes. Ethan et Carter sont pleins de nuances à cause de leur maladie et on découvre des personnes vraiment différentes entre les bons et les moments. Mais finalement  on se rend compte que leur vie n'est pas si différente des autres elle juste un peu plus compliquée. 
La romance qui se crée au fur et à mesure est très délicate et profonde. Elle se met lentement en place, la confiance et la sincérité sont les piliers de cette romance qui m'a fait totalement craquer.

Cette romance M/M est vraiment à lire pour tous les amoureux de ce genre. 

mercredi 4 juillet 2018

Interview et Tag: ceci ou cela ? de Sandra Hope



1 Présentez-vous en tant qu'auteure.
Je suis une auteure qui débute avec ce premier roman « Je ne suis pas moi sans toi » une romance avec une pointe d’humour. Maman de 4 enfants je partage mon temps entre ma famille, mon travail, mes lectures et mon écriture. Mes journées ne sont jamais assez long pour tout faire comme j’aimerais.

2 Qu'est ce qui vous a donné envie d'écrire ? Depuis quand écrivez-vous ?
J’ai toujours eu envie d’écrire sans jamais oser me laisser. L’écriture est tellement intime j’avais peur de me lancer et d’être juger. Mais mes filles m’ont poussées il y a deux ans et maintenant mon cerveau déborde d’histoires que j’ai envie de raconter et partager.

3 Quel est votre dernier roman coup de coeur ?
Mon dernier roman coup de cœur Dark Romance de Pénélope Douglas je l’ai fini en 2 jours. J’ai été prise par cette histoire d’amour qui au départ paraît impossible comme quoi en amour tout est  possible.



4 Y a-t-il des livres qui ont inspiré vos romans ?
Je ne pense pas mais avec tous les livres que je lis, ils influencent sûrement mes histoires inconsciemment.



5 Travaillez-vous sur un nouveau roman si cela n'est pas trop indiscret ?
Oui mon deuxième roman est déjà bien avancé, j’ai même commencé le troisième.



6 Que ressentez-vous avant la sortie d'un de vos romans ?
Je ne sais pas si c’est dû au premier roman mais j’ai ressenti un grand bonheur et une grosse angoisse. Toute ma famille allait lire mon travail pour la première fois. On allait me juger.

7 Avez-vous une habitude d'écriture ?
Non je n’ai pas d’habitude particulière sauf que j’adore écrire sur ma table de cuisine.

8 Que représente l’écriture pour vous ?
L’écriture a été pour moi une façon d’étaler mes pensées tout ces histoires qui me trottent dans la tête mais aussi une thérapie sur certaines questions que je me posaient.



9 Appréhendez-vous les retours sur vos romans ? 
J’appréhende un peu mais je pense que c’est une très bonne chose pour avancer sans cela je ne peux pas progresser ou corriger. Jusqu’à que je le propose dans les maisons d’éditions personne n’avait jamais lu mon histoire donc je pense que les compliments ou les critiques me feront avancer pour le
deuxième.

Questions du tag 
1 Lire sur un canapé ou dans un lit ? Je préfère lire dans mon lit mais le canapé est possible aussi mais plus rarement.
2 Protagoniste féminin ou masculin ? Protagoniste plutôt féminin.
3 Thé ou café en lisant ? Thé incontestablement et cela toute la journée.
4 Série ou one-shot ?  Série même si le temps me manque pour regarder toutes celles que j’aimerais.
5 Point de vue à la première ou à la troisième personne ? Point de vue à la première personne.
6 Lire le matin ou le soir ? Je lis surtout le soir sauf le week-end et les vacances ou c’est matin et soir voir certains jours une grande partie de la journée.
7 Librairies ou bibliothèques ?  Librairie, je préfère acheter les livres pas toujours autant que je voudrais. Mais j’adore ressortir un livre et le relire.
8 Lecture avec ou sans musique ? Livre sans musique mais cela ne me dérange pas car quand je suis plongée dans un livre rien existe autour de moi.
9 Livre papier ou ebook ?  Livre papier, j’adore avoir un livre en mains mais les ebooks sont possibles car un peu moins cher qui permet d’en acheter plus.

lundi 2 juillet 2018

Liseuse ou livre papier ?

Depuis l’ascension de la liseuse dans ma vie de lectrice la même question revient toujours :"tu préfères lire avec une liseuse ou un livre papier?" On me pose cette question assez souvent et je me suis dit qu'un article était nécessaire pour répondre clairement à cette question. 
Je vais donner une réponse brève à cette question pour moi liseuse et livre papier sont à égalité chaque format à ses avantages et ses inconvénients et c'est la même chose avec les livres audio, mais ça je vous en reparle bientôt. 

La liseuse a ses défauts mais le livre papier aussi donc voici pour moi les points importants pour chaque format et sa comparaison avec l'autre format.

Le poids est une des raisons qui m'ont le plus poussé à acheter une liseuse. Je l'ai eu il y a presque 3 ans et même si à ce moment je lisais moins qu'aujourd'hui c'était quelque chose de contraignant. Il y a le problème des sacs de cours et des sacs à main dans les transports en commun, au travail où encore dans la valise pour les vacances. Les vacances sont pour moi l'exemple parfait souvent en une semaine où je n'ai pas cours je lis au moins 3 livres et dans une valise le poids ça peut aller très vite surtout quand on prend l'avion et qu'on a une limite.

Le toucher est quelque chose qu'on ne pourra jamais enlever au livre papier et qui est très important pour moi. J'ai beau adorer lire sur liseuse quand je repasse au livre papier j'adore cette sensation de tourner les pages, de sentir le papier entre mes doigts. Il y a aussi ce sentiment d'avancer sa lecture quand on voit le côté gauche du livre grossir pendant que le droit diminue nous annonçant la fin qui arrive. C'est une sensation unique et c'est pour ça que je ne pourrais jamais passer complètement aux livres numériques.

La place est un problème majeur des collectionneurs de livres comme moi. Je suis toujours en train de chercher de la place en faisant du tetris, en empilant contre les murs et dans les cas de forces majeures à racheter une bibliothèque. La liseuse à l'avantage d'être petite. La mienne passe dans tous mes sacs mêmes le plus petit.

La batterie est un petit inconvénient de la liseuse qui personnellement ne me pose jamais de problème. Je lis presque uniquement sur ma liseuse et je le recharge environ toutes les trois semaines. Elle tient même souvent 1 mois. C'est quelque chose qu'il faut surveiller au même titre que la batterie de son téléphone ou de son ordinateur.

Le confort de lecture est pour moi beaucoup plus présent avec la liseuse. Les livres papiers sont souvent écrits avec une police assez grosse, mais il est toujours impossible de livre dans la nuit sans se faire mal aux yeux avec la lumière. La liseuse permet de régler la taille de la police ce qui est très pratique pour les personnes qui ne voient pas bien ou par exemple pour les personnes dyslexiques. On peut aussi régler la luminosité et quand j'ai commencé à lire en numérique j'ai trouvé ça merveilleux ! Je peux maintenant lire la nuit dans mon lit, dehors sans risquer les piqûres de moustiques et même dans la voiture sans gêner personne. 

Le prix est quelque chose d'assez avantageux pour la liseuse ou pas du tout en fonction de ce que l'on lit. Pour les livres édités il arrive parfois que le prix du livre papier et numérique ait seulement deux ou trois euros d'écart et dans ce cas je privilégie le livre papier. Pour les livres auto-édités et certains livres édités le prix numérique est divisé par deux par rapport au livre papier. C'est quand même un avantage majeur, car avec le même budget on peut acheter beaucoup plus de livres.